Piscine naturelle : comment la construire ?

Piscine naturelle

Piscine naturelle : comment la construire ?

Avez-vous déjà entendu parler de piscine naturelle ? Biologique et 100% naturelle, cette piscine aux valeurs écologiques pourrait bien vous charmer !
Comment fonctionne cette alternative à la piscine traditionnelle connue de tous ? Quels sont ses avantages et inconvénients ? Quels types de travaux sont à prévoir et à quel prix ?
Notre équipe d’experts a mené l’enquête et vous en dit plus sur ce projet !

La piscine naturelle : qu’est-ce que c’est ?

Le fonctionnement de la piscine naturelle

La piscine naturelle est basée sur un procédé bien spécifique. Nous vous expliquons avant tout son fonctionnement.

Le principe est assez simple. Cette piscine est dite « naturelle » car il n’y a, en réalité, pas de traitement chimique de l’eau. Il n’y a donc aucun chlore et la filtration est naturelle ! L’oxygénation peut y être créée grâce aux plantes aquatiques et aux bactéries. Celles-ci permettent une auto-épuration de l’eau comme dans leur milieu naturel d’origine. Cela vous permet aussi de profiter d’un certain esthétisme naturel et apaisant sans pour autant bouger de chez vous !

Pour aborder la partie légèrement plus technique, parlons du principe du lagunage. Également nommé marais artificiel, le lagunage repose sur une technique naturelle qui vient épurer les eaux : la déseutrophisation. La piscine naturelle fait alors office de bassin « tampon ». Cela signifie que les eaux usées ou polluées y seront stockées temporairement puis seront rejetées dans leur milieu naturel.

Un point d’eau s’inscrivant également dans une démarche écologique serait le bassin de baignade naturelle.
Bien qu’ils soient tous deux assez similaires dans l’idée, il existe tout de même une différence.

Pour la piscine naturelle :
  • Vous n’avez besoin d’aucun produit chimique pour traiter l’eau.
  • La filtration de l’eau est au contraire effectuée par des équipements tout aussi efficaces que respectueux de l’environnement. Parmi eux : les ultraviolets ou ozone et le filtre à sable sont le plus souvent utilisés. L’ozone est un gaz généré à partir de dioxygène, c’est un traitement à la fois naturel et puissant.
  • Il n’est donc pas obligatoire de border votre piscine de plantes et de végétation.
  • La forme de la piscine est au choix. Elle n’est pas prise en compte dans le processus de filtration de l’eau.

Pour le bassin de baignade naturel :
  • Ce bassin est fondé sur le même principe que la piscine naturelle. Cependant, pour le bassin de baignade naturel, la filtration de l’eau s’effectue seulement grâce aux êtres vivants (faune et flore). Cela permet de recréer un véritable écosystème.
  • La forme de la piscine est également libre

Quoi qu’il en soit, que vous choisissiez la piscine naturelle ou le bassin de baignade naturel, il reste toujours essentiel de bien l’entretenir.

Il faudra faire attention au maintien du bilan hydrique, et s’assurer du bon état des filtres et des végétaux.

Afin de reconstituer au mieux le milieu naturel, vous devrez diviser votre piscine naturelle en 4 zones différentes :

  • La zone centrale de baignade : il est parfois possible que cette zone soit inférieure à la zone réservée aux végétaux. Comme son nom l’indique, elle représente l’espace dédié à l’immersion. C’est à cet endroit que l’on retrouve en général les filtres (filtre à sable, UV etc.)
  • La zone de filtration périphérique : où se trouvent les plantes faisant également office de filtre.
  • La zone d’oxygénation : le but de cette zone est de faire circuler l’eau afin de l’oxygéner. Vous pouvez y ajouter une cascade par exemple. Cette eau passe alors par les végétaux puis les galets avant de rejoindre la zone centrale de baignade.
  • La zone de régénération (ou lagune) : c’est dans cette zone que prennent place les végétaux flottants. Elle sépare et sert de délimitation entre l’eau et les végétaux.

La conception de votre piscine et ce que vous pouvez y mettre en termes de faune et de flore.

La conception

En ce qui concerne la conception de votre piscine naturelle, des informations sont à connaître afin de prévoir au mieux votre construction. Nous vous les citons :

  • Cela peut paraître évident mais prévoyez une pompe ainsi qu’une alimentation en eau pour le bassin et ses différentes zones.
  • Au niveau des dimensions, comptez environ 100 m² de terrain pour l’installation complète de votre piscine naturelle (toute zone comprise). Une profondeur de 2 mètres maximum est préconisée. En général, le bassin de baignade représente la zone la plus petite de l’installation. La zone végétalisée est la plus grande, environ 50 m2, car c’est elle qui apportera l’équilibre biologique nécessaire. À savoir qu’une piscine naturelle nécessite plus d’espace qu’une piscine traditionnelle.
  • Pour l’emplacement du bassin, pensez à éviter l’exposition en plein soleil car cela contribue à la prolifération d’algues. Cependant, l’hiver, les plantes aquatiques survivent rarement au froid. Il est donc quasiment impératif de les changer chaque année, à la période du printemps.
  • Le but n’étant pas de faire de votre piscine une jungle, la zone végétale aura une pente de 30 % ainsi qu’un pH entre 6 et 7. Cela évitera le surdéveloppement des plantes dont vous disposerez.
  • Les piscines naturelles ont la possibilité d’être construites dans presque toutes les zones climatiques. Mais en zone tempérée, les piscines naturelles peuvent geler en hiver comme n’importe quel bassin.

Les formes des piscines naturelles peuvent varier selon les goûts :

  • Vous pouvez décider d’assembler les différents bassins en un seul plan d’eau comme une espèce d’étang ;
  • Vous pouvez aussi les séparer pour donner l’impression d’avoir une piscine classique accompagnée d’une petite marre avec de la végétation ;
  • Ou votre piscine naturelle peut, à l’instar d’une piscine traditionnelle, avoir une forme géométrique simple (couloir de nage, rectangle etc.).

La faune et la flore pour votre piscine naturelle

Comme dit précédemment, la faune et la flore sont des éléments importants pour l’équilibre de l’écosystème de votre piscine naturelle.

La faune

Voici quelques exemples d’insectes et animaux que vous pourriez intégrer à votre bassin :

  • Des daphnies ou puces d’eau. Elles vous protégeront des bactéries et sont également une source importante d’alimentation pour les animaux aquatiques.
  • Des animaux aquatiques comme des insectes, des larves, des crevettes, des grenouilles ou encore des escargots d’eau. Ces animaux survivent en se chassant les uns et les autres. Ils assureront le brassage de l’eau et font tout le charme des bassins naturels.
La flore

En ce qui concerne les plantes, nous vous en conseillons 3 types pour le bon filtrage de votre eau : 

  • Les plantes flottantes, fixées au fond, apportent de l’ombre et protègent les micro-organismes.
  • Les plantes oxygénantes. Elles absorberont les nitrates et phosphates pour un bon équilibre écologique du bassin et éviteront la prolifération des algues.
  • Les plantes épuratives: les bactéries anaérobiques et aérobiques vont proliférer autour de ces plantes. Elles transformeront ensuite les végétaux, animaux morts et molécules nuisibles en nutriments pour les autres êtres vivants du bassin.

Les poissons sont déconseillés dans le bassin car ils l’encrasseront avec leurs excréments et faciliteront la prolifération des algues.

Vous pouvez les garder dans la zone de baignade et non dans la zone de régénération, tout comme les tortues. Nous vous déconseillons également les canards et autres oiseaux aquatiques car ils mangeront les plantes et encrasseront le bassin.

En raison de l’effet naturel de la lagune, votre piscine attirera des animaux (amphibiens, animaux de la forêt etc.). Si vous habitez dans une région chaude, votre piscine sera sûrement le seul point d’eau aux alentours pour ces animaux.

Pour la partie moins amusante, sachez tout de même que la plupart des serpents n’aiment pas l’eau. On peut cependant les trouver près des bords du bassin de régénération.

Pour les moustiques, pas de panique, ils n’y pondront pas d’œufs car l’eau de votre bassin sera sans cesse en mouvement.

Comment chauffer votre piscine ?

Une piscine naturelle va vous apporter plus de nature, d’authenticité, mais peut-on avoir le confort d’une eau chauffée en prime ?

Il vous sera possible de chauffer votre piscine grâce à l’énergie solaire ! La faible profondeur de votre bassin, agrémentée de la lumière naturelle du soleil feront que votre piscine sera chauffée naturellement.

Si cela ne vous convient pas, vous pouvez également installer un chauffage par capteurs solaires ou une pompe à chaleur. En outre, ces solutions sont moins écologiques et si l’eau dépasse 25°C, cela pourrait tuer les êtres vivants du bassin.

La géothermie, c’est-à-dire l’énergie provenant de la Terre, serait une autre solution naturelle pour chauffer votre piscine. Cette énergie permet de fabriquer de l’électricité dans les centrales géothermiques grâce à l’eau très chaude des nappes en sous-sol.

Nos experts conseillent d’intégrer le chauffage dès la création de votre piscine naturelle, pour éviter une transformation ultérieure. Il est déconseillé d’installer une bâche ou un abri piscine car ceux-ci sont faits pour les piscines traditionnelles.

L’entretien de votre piscine naturelle

Comme pour une piscine traditionnelle, il sera nécessaire d’être assidu pour l’entretien:

  • Il faudra vider les skimmers ;
  • Retirer les algues sur les galets à l’aide d’un balai manuel ou à la main ;
  • Nettoyer le fond du bassin au moins une fois par semaine.

Vous pouvez vous procurer un robot spécialement conçu pour les piscines naturelles pour vous rendre la tâche plus facile.

Sachez que l’évaporation de l’eau sera accélérée avec la respiration des plantes et les zones de lagunage moins profondes. De plus les périodes de pluie ne suffiront peut-être pas à compenser les pertes.

Vous pourrez maintenir le niveau de l’eau grâce à un tuyau d’arrosage, un puits ou avec un bassin de récupération.

Vous devrez également tailler les végétaux vers l’automne, protéger votre bassin contre la chute des feuilles, et vous pourrez lutter contre la prolifération des algues en ajoutant de la phosphorite.

Les plantes dans la zone de régénération peuvent être coupées et recouvertes d’un filet pour éviter les débris.

En hiver, nous vous recommandons de drainer l’équipement et de vider les tuyaux de filtration afin d’éviter le gèle.

Points sur la réglementation et la sécurité

La réglementation

Pour ce type de piscine, nous vous conseillons de vous référer à la norme AFNOR NF P90-320. Il est également important de respecter les normes et réglementations d’urbanisme local.

En France, vous aurez quelques éléments à consulter avant de vous lancer dans l’installation de votre piscine naturelle, les voici :

La sécurité

Les piscines naturelles ne sont pas reconnues par le Code de l’urbanisme. Elles ne sont soumises à aucune réglementation comme l’obligation de dispositifs de sécurité du décret n°2004-499 (1er janvier 2006).

Il est quand même important de sécuriser votre bassin avec un système conforme aux normes piscines (barrière, abri et/ou alarme). En cas de doute il est toujours préférable de demander conseil à un expert dans ce domaine.

Les plongeoirs sont fortement déconseillés à cause de la faible profondeur des bassins de baignade des piscines naturelles. Si vous souhaitez absolument en installer un, faites appel à un ingénieur approprié pour éviter les risques d’accident.

Il existe des normes concernant les équipements électriques tels que la pompe, l’éclairage et autres. Pour en savoir plus, il vous faudra consulter les normes AFNOR (AFNOR NF P90-316 à 320, NF C15-100/A4, NF EN 60598-2-18/AI partie 2, section 18).

Certaines personnes pourraient se poser des questions quant à la sécurité sanitaire et l’hygiène des piscines naturelles. Cela ne dépendra que de vous et de l’entretien que vous y apporterez.

L’eau des piscines naturelles étant totalement dépourvue de produits chimiques, celle-ci est non désinfectante. Les baigneurs peuvent donc y introduire des micro-organismes pathogènes via les crèmes solaires et la sueur. La pluie et les animaux peuvent y introduire des microbes et les végétaux peuvent émettre des substances toxiques pour les baigneurs. Tout cela pourrait ainsi conduire à un risque sanitaire ; mais celui-ci reste minime.

Pour plus d’informations sur le sujet, l’Agence Française de Sécurité Sanitaire de l’Environnement et du Travail (A.F.S.S.E.T) a publié un rapport en 2009 qui prévient les risques rencontrés lors de baignades naturelles.

La piscine naturelle : quels avantages et à quel prix ?

Les avantages

Le grand avantage de la piscine naturelle reste l’absence de produits chimiques. Cette filtration naturelle et écologique est en général la raison pour laquelle on souhaite la mettre en place.

Ce type de bassin est donc bon pour votre santé ! Finis les mycoses ou les allergies, ainsi que les yeux rouges d’après baignade grâce au bon PH naturel de l’eau.

En faisant ce choix vous respecterez l’environnement et votre santé, tout le monde est content !

De plus, votre piscine sera bien intégrée dans le paysage, vous pourrez profiter d’une baignade au cœur de la nature…

Inconvénients

Il y a beaucoup d’avantages à avoir une piscine naturelle mais il faut bien quelques inconvénients…

La consommation d’eau est assez importante. Le renouvellement de l’eau d’un bassin de 100 m2 (toutes zones) est d’environ 40 m3/an. Pour un bassin classique de 4×8 m, il sera d’environ 15m3.

La consommation électrique l’est également car la pompe n’arrête jamais de fonctionner pour assurer le mouvement continu de l’eau.

Pour les personnes sensibles à l’eau fraîche, ce type de piscine n’est peut-être pas l’idéal : l’eau est aux alentours de 23°C. Ceci est la température idéale car une eau trop chaude peut entraîner une prolifération des bactéries (bonnes comme mauvaises).

Les animaux peuvent s’y installer, et la surface devient en général glissante car elle se recouvre d’une fine pellicule végétale.

Le prix

Le coût moyen pour l’installation de votre piscine naturelle sera entre 35.000 et 50.000€. Elle vous coûtera sûrement plus cher qu’une piscine traditionnelle, mais vous pouvez toujours vous lancer vous-même dans la construction.

Cela vous coûtera plus de temps et d’énergie mais moins d’argent et plus de satisfaction dans la finalité !

Si vous entreprenez l’installation de vos mains, un bassin de petite taille pourrait vous coûter seulement 5.000€.

En outre, si vous préférez faire appel à un professionnel, les fabricants européens les plus connus sont Bioteich et BioNova.

Vous avez maintenant toutes les clés en main pour faire votre choix. En fonction de la région dans laquelle vous vivez, vos habitudes, votre éthique de vie… La piscine naturelle peut être une réelle valeur ajoutée dans votre cadre de vie, également en cas de revente de votre maison.

Seriez-vous prêt à sauter le pas ?